Midsommar Productions

Midsommar, c'est aussi des prestations en informatique.

Découvrez-les sur le site de Midsommar Productions.

Traduction : faire appel à un indépendant ou à une agence ?

Vous avez un texte à faire traduire et deux choix s'offrent à vous : traducteur indépendant ou agence de traduction ?

Il vous faut choisir et vous n'êtes peut-être pas à l'aise avec les différences - mais aussi les points communs - entre les deux modèles. Alors, qu'est-ce qui les différencie ? Qu'est-ce qui les rassemble ? Et au final, quel est le mieux ?

 

Ce qui les rassemble :

Que vous passiez par une agence ou par un traducteur indépendant, il y a de forte chance que votre texte soit traduit par le même genre de personne : un traducteur freelance (profession libérale ou l'équivalent dans son pays), normalement ayant pour langue maternelle la langue vers laquelle il traduit. Probablement le même traducteur que celui qui vous propose aussi ses services en tant qu'indépendant, d'ailleurs. De nos jours, les agences de traduction n'engagent quasiment plus du tout de traducteurs salariés, et les traducteurs libéraux fournissent leurs services aussi bien aux agences qu'aux clients directs.
À noter qu'en France en tout cas, la profession de traducteur n'est pas réglementée. Devient traducteur qui veut, et il est donc important de s'assurer des capacités réelles des traducteurs.

Que vous passiez par une agence ou par un traducteur indépendant, vous faites appel à une entreprise, constituée d'un ou plusieurs professionnels dont le métier est la traduction.

Que vous passiez par une agence ou par un traducteur indépendant, le prix que vous serez prêt à mettre jouera énormément dans le résultat final. Un prix très bas est le plus souvent le signe d'un "faux" professionnel ou d'un mauvais travail (étudiant, traduction bâclée, travailleur d'un pays à bas coût ne traduisant pas vers sa langue maternelle, etc). Par conséquent, n'allez pas imaginer que les agences sont nettement moins chères que les indépendants ou l'inverse : une agence qui fait appel à des vrais pros sera chère. Un indépendant vraiment compétent sera cher. Une agence bon marché est une agence qui paye mal ses traducteurs, et les traducteurs qui acceptent d'être mal payés le font parce qu'ils n'ont pas le choix (soit qu'ils ne soient pas assez compétents pour être bien payés, soit qu'ils ne connaissent pas l'industrie parce qu'il ne s'agit pas de professionnels confirmés) ou parce qu'ils n'ont pas besoin d'être bien payé (soit qu'il s'agisse de traducteurs issus d'un pays à bas coût, soit qu'ils compensent la faible rémunération par un énorme volume en bâclant leur travail).

 

Ce qui les différencie :

Un tas de choses différencie le traducteur "en client direct" de l'agence, alors même qu'on a vu qu'il s'agissait souvent des mêmes traducteurs.

Une agence compétente fournira un service "tout compris" : votre texte sera traduit par une personne, puis relue par une autre. Si le projet est gros et nécessite plusieurs traducteurs,  l'agence aura par ailleurs quelqu'un pour centraliser le travail et favoriser une bonne cohérence de la traduction malgré des intervenants différents ayant chacun leur propre style linguistique.

Ce service tout compris se paye : une agence sera toujours plus chère qu'un traducteur de talent équivalent en direct. Une agence sera en général même plus chère qu'un traducteur + un relecteur (que le relecteur soit directement fourni par le traducteur initial qui fait appel à un confrère, ou que vous fassiez appel vous-même à un relecteur).

Une agence aura tendance à fournir un service moins directement personnel, moins humain, car vous n'aurez pas de "ligne directe" avec le traducteur. Un traducteur indépendant peut vous interroger directement sur des points de détail ou de préférence, vous pouvez à l'inverse le contacter pour lui donner des instructions supplémentaires en cours de route. Avec une agence, les possibilités existent mais sont plus limitées du fait que la communication passe par des intermédiaires supplémentaires, ralentissant significativement le processus.

En revanche, une agence pourra fournir un service plus "carré", au sens où tous les traducteurs indépendants ne sont pas forcément des bons communicants ou des bons comptables. L'agence offre un côté rassurant parce que vous serez en lien avec une personne (généralement non-traductrice) dont le métier est de communiquer efficacement avec vous.

Une agence peut également fournir une traduction vers plusieurs langues à la fois, en faisant appel à plusieurs linguistes. Aucun traducteur sérieux ne se proposera de vous traduire seul un texte vers plusieurs langues.

Il peut être plus difficile de s'assurer de la qualité réelle du travail d'une agence, surtout vers une langue qu'on ne comprend pas soi-même, dans la mesure où l'on n'a généralement pas accès aux noms et CVs de la ou des personnes qui vont effectivement prendre en charge la traduction. Il va falloir faire confiance à l'affirmation "tous nos traducteurs sont des professionnels traduisant vers leur langue maternelle", ce que promettent toutes les agences sans que cela ne soit toujours vrai. Il est un peu plus simple de s'assurer du CV et du niveau de langue d'un traducteur indépendant.

 

À quoi dois-je faire attention lorsque je fais appel à une agence ?

Lorsque vous faites appel à une agence, commencez par vous assurer que la gamme de prix proposée correspond à peu près aux standards de l'industrie. Nous l'avons vu, le propre d'une agence est de fournir un service tout compris. Cela veut dire qu'en principe, votre texte va impliquer au moins trois personnes : un traducteur, un relecteur, et un manager qui fait le lien entre ces professionnels et vous-même.  Cela a un coût, et si l'agence vous propose du 8 centimes par mot source, il est rigoureusement impossible qu'elle paye ses traducteurs et relecteurs à un tarif propre à attirer des professionnels compétents.

Assurez-vous qu'elle fait effectivement appel à des linguistes diplômés ayant la langue cible pour langue maternelle. Cela implique notamment une agence qui n'accepte qu'une seule langue cible par traducteur, car à de rares exceptions près, on n'a qu'une seule langue maternelle, donc une seule langue cible possible.

Assurez-vous qu'elle vous propose des délais raisonnables : il est important qu'elle puisse vous fournir une traduction en temps voulu, mais que ce délai soit réaliste. Une agence qui vous promet 60 000 mots en 24h est une agence qui va découper votre texte en une vingtaine de traducteurs tous sous-payés, et zapper la phase de relecture et de mise en cohérence. Catastrophe garantie.

Méfiez-vous de tout ce qui touche de près ou de loin à de la "Machine Translation", à ne pas confondre par Computer-Assisted Translation (ou Traduction Assistée par Ordinateur). Pour le dire vite, la "Machine Translation" (MT) est une traduction réalisée automatiquement par un logiciel (à la manière de Google Translate), éventuellement revue à la va-vite par un humain derrière pour corriger les plus grosses imperfections. C'est une technique qui donne des résultats médiocres, qui tente de compresser les coûts au maximum, le traducteur qui repasse derrière est généralement payé au tarif relecture, ce qui est insuffisant et l'amène à bâcler un travail de correction souvent énorme... le principe peut paraître séduisant sur le papier, il s'agit en réalité d'un très mauvais compromis. Méfiez-vous de toute agence qui propose ce genre de prestation car des linguistes sérieux se tiendraient à l'écart d'un tel concept.
La Traduction Assistée par Ordinateur (TAO, ou CAT en anglais), en revanche, est un tout autre concept : il s'agit pour le traducteur de travailler avec un logiciel spécialisé facilitant la traduction grâce à une interface optimisée pour les tâches, une auto-suggestion de certains mots-clés à l'aide de bases terminologiques, et éventuellement d'une suggestion de traduction pour un segment de texte ayant déjà été traduit par le passé. Ces logiciels s'appellement MemoQ, SDL Trados Studio ou encore DéjàVu. La traduction reste effectuée par un humain, qui en plus gagne du temps grâce à une interface pratique évitant par exemple d'avoir à interrompre le flot de traduction pour consulter un dictionnaire. Ces logiciels permettent par ailleurs de favoriser une bonne cohérence et une bonne centralisation des projets découpés entre plusieurs traducteurs.

 

À quoi dois-je faire attention lorsque je fais appel à un traducteur indépendant ?

Lorsque vous faites appel à un traducteur indépendant, il va de soi que la première chose à vérifier est son CV, qui vous renseignera sur l'essentiel de ce que vous devez savoir.

Ainsi, vous pourrez par exemple y apprendre ses domaines de spécialité, si le texte est technique (aucun traducteur n'est spécialiste en tout, et si vous devez faire traduire une fiche de caractéristiques techniques pour un appareil médical, un spécialiste de la traduction de textes en sciences sociales ne vous sera d'aucune aide).

Vous pourrez y apprendre quelles études il a fait, d'où lui vient sa prétention à être assez compétent en langues et en traduction pour en faire un métier, et si cette prétention tient la route ou non.

Vous pourrez y apprendre le nombre d'années d'expérience dont il dispose. Avoir 2 mois, 2 ans ou 10 ans d'expérience, ça n'est pas la même chose. En fonction du type de projet, faire appel à un débutant peut être ou peut ne pas être acceptable.

Vous devriez également pouvoir voir d'où il vient et où il réside, et connaître sa langue maternelle, qui doit correspondre à la langue vers laquelle vous souhaitez traduire votre texte (et en aucun cas la langue depuis laquelle vous souhaitez traduire). Si l'information n'apparaît pas, demandez-le lui.

D'ailleurs, de manière générale et outre le CV, n'hésitez pas à poser certaines questions au traducteur si vous n'avez pas reçu spontanément l'information : qui sont ses anciens clients ? A-t-il des références ? Son tarif inclue-t-il une relecture par un confrère ou non ? Quel serait le délai pour la traduction du texte ? (Attention là encore, un délai trop court serait le signe d'un travail bâclé.) Le cas échéant, peut-il travailler le soir et/ou le week-end et si oui, de combien le prix serait majoré par rapport au reste de la semaine ?

 

 

Un dernier conseil pour choisir entre traducteur indépendant et agence ?

Mon conseil purement personnel, et qui n'engage que moi :

- S'il s'agit d'un très gros projet, constitué d'un texte particulièrement long - par exemple un manuel d'utilisateur ou la localisation d'un gros jeu vidéo - faites appel à une agence compétente, qui pourra découper le travail en plusieurs traducteurs pour réduire les délais, fournir un ou des relecteurs, favoriser une bonne communication dans l'équipe pour un maximum de cohérence malgré les multiples linguistes, etc. S'il s'agit de faire traduire le texte vers plusieurs langues en une fois, là encore, faites appel à une agence, qui pourra fournir facilement des linguistes compétents dans chaque langue cible visée. Il est hors de question de faire traduire vers plusieurs langues par une seule personne. Si un traducteur indépendant vous propose une telle prestation, fuyez. De la part d'une agence en revanche, c'est parfaitement normal, et en centralisant le travail elle limitera la quantité de paperasse, communication, et autres complications liées au fait de travailler avec 8 freelancers en même temps.

- S'il s'agit d'un texte plus court et/ou que vous avez besoin d'un rapport direct et privilégié avec le traducteur pour pouvoir discuter de détails plus facilement, dans une sorte de "ping pong", faites appel à un traducteur indépendant, car le surcoût et les délais d'une agence ne se justifient pas, et que le lien direct avec le traducteur garantis une traduction au plus proche de vos besoins et de vos attentes en terme de fidélité au texte original. S'il s'agit d'une collaboration de long terme (par ex. un contenu régulièrement mis à jour), là encore, privilégiez un traducteur indépendant : vous êtes sûr d'être toujours traduit par la même personne et donc de garder un style identique d'un bout à l'autre. Il serait fâcheux qu'au fur et à mesure des mises à jour et des linguistes différents qui passent sur vos textes, le tutoiement se mêle au vouvoiement sans aucune cohérence. C'est typiquement ce qu'un traducteur indépendant saura éviter. Pas forcément une agence.

 

De manière générale, et toujours pour peu qu'on y mette le prix et qu'on fasse appel à des gens sérieux, les deux types d'entreprise se justifient. Il n'y a pas un modèle qui soit nettement supérieur à l'autre. Tout dépend de vos besoins et de vos préférences.